LE PARADIS DES GENS DE LETTRES

8.00 

Charles Asselineau

«Mon très cher ami Charles Asselineau a été un écrivain distingué, délicat, charmant, et un érudit de premier ordre; mais là n’est pas son originalité; il faut voir en lui ce qu’il a voulu être, l’étonnant bibliophile qui sur le parapet du quai a trouvé des trésors, et qui à force de ruse, de volonté, d’ingéniosité, de patience, a créé la plus riche, la plus curieuse et la plus originale des bibliothèques modernes.
Pour lui, rien n’était au-dessus d’un écrivain, et de même qu’il avait vécu familièrement avec ceux du passé, de même il était devenu l’ami de tous les grands contemporains, qu’il accueillait dans son unique chambre, au milieu de ses collections rares, comme un paysan de l’Attique eût accueilli des Dieux en voyage dans son humble chaumière.
A ce qu’il affirmait, il avait pu voir, vivant, le pays où les écrivains sont traités selon leur mérite, comme il l’a raconté dans un petit volume de soixante-douze pages qu’il m’a fait l’honneur de me dédier, et qui est intitulé ainsi: Le Paradis des Gens de Lettres.
Dans un pays fertile, aux villes opulentes et aux nobles et riants paysages, les Gens de Lettres accomplissent leurs fonctions, entourés de l’estime et de la reconnaissance de tous.»

Théodore de Banville, Mes Souvenirs, (1882)


Homme de lettres, et critique d’art, Charles Asselineau (1820-1874) est l’un des rares amis fidèles de Baudelaire qu’il soutiendra lors de la parution contestée des Fleurs du Mal. Il collabore à des revues littéraires et artistiques, travaille pour la bibliothèque Mazarine, et écrit différents ouvrages : La double vie (1858), L’enfer du bibliophile (1860), etc.

12x16cm – 80 pages – 8€

Catégorie :

Description

LE PARADIS DES GENS DE LETTRES

Go to Top