l'art d'être malade

Dr Noirot

Le titre de l’ouvrage du Dr. Noirot, L’art d’être malade (1871), annonce d’emblée la couleur. Sous son allure d’oxymore associant à la néfaste maladie la grâce revivifiante de l’art, il propose un projet concret où le sujet malade (mais le non-malade aussi bien) se voit invité à rechercher au plus profond de lui-même les ressources qui lui permettraient de tenir la maladie en échec, voire de la retourner contre elle-même, pour faire santé.
Les citations appropriées et éloquentes et les auteurs aux compétences peu contestables que Noirot mobilise pour soutenir ses diagnostics et prescriptions sont impressionnants. Il voltige, en humaniste érudit, de Sénèque à Montaigne, son favori, et à Goethe, d’Hippocrate à Ambroise Paré, guides éprouvés pour de fines et pertinentes réflexions sur les mouvements de l’âme et du corps, les rapports avec autrui, les âpres contraintes de la société, les facteurs environnementaux – tous aspects d’une modernité flagrante, voire subversive, et d’une pugnace vitalité, qualités qui, par « sauts et gambades » d’adages latins, font de « l’art d’être malade » un précieux vade-mecum pour la santé.

Roger Dadoun, philosophe, psychanalyste, poète, est professeur émérite de Littérature comparée à l’Université Paris VII Denis-Diderot. Derniers ouvrages parus : L’érotisme. De l’obscène au sublime, PUF, « Quadrige », 2010 ; La télé enchaînée. Pour une psychanalyse politique de l’image, Homnisphères, 2008 ; L’homme aux limites. Essais de psychologie quotidienne, Homnisphères, 2008.

12×16 cm – 146 pages

13,00